Organisation du recensement agricole 2020 entre le 1er octobre 2020 et le 30 avril 2021

 
 
Organisation du recensement agricole 2020 entre le 1er octobre 2020 et le 30 avril 2021

Simple et rapide !

Cette opération décennale de grande ampleur qui se renouvelle tous les dix ans dans le cadre d’un règlement européen, est un outil important pour le pilotage des politiques publiques (européenne, nationale et régionale).

Tous les exploitants agricoles sont invités à y participer, sur l’ensemble du territoire, en France métropolitaine comme dans les départements d’Outre-mer. Cette année et pour la première fois, la collecte des informations se fera en ligne pour 85% des exploitants. Pour tous les autres, des enquêteurs recueilleront directement les données en se déplaçant à leur domicile, ainsi, près de 12.000 exploitations de la Nouvelle-Aquitaine seront enquêtées.


À quoi servent ces différentes informations ?

Données de cadrage sur l'agriculture, aide au pilotage des politiques publiques, travaux d'études et de recherche… Le recensement agricole constitue un socle de références primordial dans de nombreux domaines.

Quelles sont les différentes utilisations de ces données ?

Avant tout, le recensement agricole fournit une photographie précise et exhaustive du monde agricole et de sa diversité, en France métropolitaine mais aussi dans les départements d'Outre-mer. Pour les dix ans à venir, ces données vont constituer un socle de référence pour de nombreux travaux.

D'abord en fournissant des données de cadrage sur l'agriculture française jusqu'au niveau communal. Ensuite, en aidant au pilotage des politiques publiques. Dans les dix ans à venir, les données du recensement seront fréquemment mobilisées pour aider à la conception, au suivi et à l'évaluation de nombreuses politiques publiques. Ainsi, les données du recensement de 2010 ont été utilisées, conjointement aux fichiers des aides de la PAC, pour comparer les exploitations bénéficiaires des aides à l'ensemble des exploitations agricoles. Elles ont aussi aidé à la conception de nouveaux dispositifs, notamment dans le cadre de la PAC 2014-2020. Comme elles concernent l'ensemble des exploitations agricoles, elles permettent, par exemple, de simuler l'impact d'une modification des conditions d'éligibilité à certaines aides, tant en termes de bénéficiaires concernés que de coût budgétaire, par type d'exploitant et zone géographique.

Enfin, les résultats du recensement sont mis à la disposition des chercheurs et nourrissent de nombreux travaux d'études et de recherche.

Quand le recensement agricole a-t-il été créé ?

Le recensement de l'agriculture a déjà une longue histoire. Ainsi, en 1892 puis 1929, des premières opérations de  recensements ont été conduites, à partir d'estimations communales. Il faut toutefois attendre 1955 pour que soit réalisé le premier recensement général de l'agriculture fondé sur des questionnaires individuels auprès des exploitants. Les suivants ont eu lieu à peu près tous les dix ans : 1970, 1979, 1988, 2000, 2010… et 2020.

Les modalités du recensement varient-elles d'un pays à l'autre ?

Le recensement est une opération obligatoire, répondant à un règlement européen, et tous les États membres doivent le réaliser en même temps. Si un socle commun d'informations doit être transmis à Eurostat par l'ensemble des pays, chacun peut également décider de collecter, dans le cadre de cette opération, des informations complémentaires pour répondre à des besoins nationaux. Les pays sont également libres de choisir la façon dont ils obtiennent les informations demandées (questionnement par Internet, par téléphone, en face-à-face, mobilisation de sources administratives pour certaines questions…), dès lors qu'ils sont en mesure de garantir la qualité des données collectées.


L'agriculture en Nouvelle Aquitaine (cliquez sur l'infographie pour la visualiser)