Journée nationale commémorative de l’Appel historique du général de Gaulle

 
 
Journée nationale commémorative de l’Appel historique du général de Gaulle

Le mardi 18 juin 2019 ont lieu les cérémonies commémoratives organisées à l’occasion du 79ème anniversaire de l’Appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi.

En présence des autorités civiles et militaires du département, M. Hervé JONATHAN, sous-préfet de Bayonne et M. Christophe PECATE, sous-préfet d’Oloron-Sainte-Marie, président les
cérémonies qui se tiennent le mardi 18 juin 2019 :

  • à 10h30, à PAU – au mémorial de la Résistance et de la Déportation, place Albert 1er avec la participation de l’école primaire du Buisson de Pau

Retour en images

  • à 18h00, à ANGLET – monument aux morts
  • à 18h30, à OLORON-STE-MARIE – monument aux morts

Le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre le combat avec lui en Grande-Bretagne, au sein des Forces Françaises Libres. Entouré de volontaires qui l'avaient rejoint dans son exil, il jetait les bases d'une alternative au régime de Vichy et à sa politique de collaboration avec l'Allemagne nazie : la France Libre. Durant quatre ans, sans jamais faillir, l'homme du 18 juin délivra la France de son propre abandon et incarna, à travers tous les territoires français et à travers le monde, l'âme de la Résistance et le maintien de la France au combat. Le 8 mai 1945, l'Appel du 18 juin révélait enfin sa portée et sa signification historique : la France retrouvait son rang en recevant aux côtés des Alliés la capitulation de l'Allemagne nazie.


Extrait de l'Appel du 18 juin 1940 prononcé par le général de Gaulle à la radio de Londres (BBC) :

"Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."