Problématique des dégâts aux cultures occasionnés par les sangliers

 
 

La présente note a pour objectif de présenter les différents moyens de limiter les dégâts occasionnés par les sangliers sur les cultures agricoles

Mesures de prévention

Une pression de chasse suffisante durant la période de chasse

La régulation des sangliers durant la période de chasse est indispensable pour éviter un accroissement trop important de la population.

Depuis 2020, la période de chasse au sanglier a été étendue jusqu’au 31 mars afin de pouvoir maintenir une pression de chasse durant la période précédant les semis de maïs. Cette nouvelle disposition, ainsi que les conditions spécifiques d’intervention, sont prévues dans les arrêtés préfectoraux d’ouverture générale et de clôture de la chasse.

La protection des cultures : agrainage dissuasif, clôtures électriques, répulsifs aux semis, ...

Diverses techniques permettent de réduire les dégâts en limitant l’accès aux parcelles pour les sangliers. Elles sont prévues dans le schéma départemental de gestion cynégétique 2020-2026.

  • L’agrainage dissuasif est autorisé du 1er mars au 30 juin (avec possibilité de dérogation pour les semis tardifs), dans le cadre d’une convention avec la Fédération départementale des chasseurs. Il permet de maintenir les animaux en milieu boisé durant les périodes sensibles. Le formulaire de convention d’agrainage est disponible sur le site de la FDC 64 : http://www.chasseurs64.com//_medias/fichiers/convention-agrainage-2020.pdf
  • Lorsque la topographie du terrain le permet, la mise en place de clôtures de protection électriques permet d’éviter l’accès à la parcelle pour les sangliers. Cette solution est fortement recommandée pour les cultures à forts enjeux financiers, tels que le maïs semence, ou lorsque les interventions à tir ne sont pas possibles pour des questions de sécurité publique. Elle peut être mise en place dans le cadre d’une convention pour la protection contre les dégâts avec la Fédération départementale des chasseurs dont le formulaire est disponible sur le site de la FDC 64 :
    http://www.chasseurs64.com//_medias/fichiers/convention-protection-contre-les-degats.pdf
  • • Les répulsifs à sanglier par enrobage des semences permet de repousser les sangliers.

La concertation locale et la préparation des interventions

Apporter une réponse efficace à la problématique des dégâts de sangliers nécessite l’implication de tous les acteurs concernés (agriculteurs, chasseurs, louvetier, propriétaires, …), chacun ayant une partie de la solution. Sur les secteurs sensibles, une bonne concertation locale est indispensable afin de communiquer et de coordonner de manière efficace les différentes actions.

De plus, la préparation du terrain de manière coordonnée permet des actions efficaces et réactives au moment des dégâts :

  • le gyrobroyage des bordures de champ avant le semis permet au besoin l’installation rapide des clôtures ;
  • sur les grandes parcelles de maïs, les agriculteurs et les chasseurs peuvent prévoir des aménagements permettant au besoin l’intervention des chasseurs (lignes de tir suffisamment large, installation de miradors, etc.).

Interventions en cas de dégâts

Les interventions administratives de la Louveterie

Les lieutenants de louveterie peuvent intervenir, dans le cadre d’un arrêté préfectoral, pour répondre à des

problématiques de dégâts agricoles lorsque la chasse ne permet pas de traiter le problème (hors période de chasse, zones non chassables, …).

En cas de dégât, il convient d’en informer le lieutenant de louveterie de la circonscription qui, en fonction de la situation (ampleur des dégâts, contexte et environnement de la parcelle, …) définira les modalités d’intervention adaptées et organisera la ou les intervention(s). La collaboration des chasseurs locaux est nécessaire au bon déroulement des interventions administratives.

Les interventions de louveterie constituent la principale réponse aux dégâts lors des mois d’avril et mai durant lesquels aucune action de chasse ne peut avoir lieu.

L’ouverture anticipée de la chasse au 1erjuin

Dans l’objectif de répondre aux problématiques de dégâts, la chasse au sanglier est possible à partir du 1er juin, sur autorisation préfectorale et selon les conditions fixées par les arrêtés préfectoraux d’ouverture anticipée de la chasse.

Piégeage du sanglier

L’arrêté ministériel du 2 novembre 2020, prévoit le piégeage du sanglier par les propriétaires ou détenteurs du droit de chasse, bénéficiant d’une autorisation préfectorale spécifique et dans les conditions fixées par ce même arrêté (manipulation de la cage par un piégeur agréé, formation spécifique du tireur par la FDC, …).

Le piégeage du sanglier peut être autorisé toute l’année dans les unités de gestion cynégétiques sur lesquelles l’espèce a été classée par arrêté préfectoral comme espèce susceptible d’occasionner des dégâts (pour la campagne 2021-2022, les UG 1, 2, 3, 10, 11, 12 et 13).

> note complète sur les dégâts aux cultures occasionnés par les sangliers - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,30 Mb

> carte du classement ESOD du sanglier pour la campagne 2021-2022 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

> tableau récapitulatif des moyens pour limiter les dégâts aux cultures occasionnés par les sangliers dans le département des Pyrénées-Atlantiques - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,06 Mb